Une lutte autogestionnaire, et plus, boulevard de Strasbourg à Paris

Un salon de coiffure au 50 boulevard de Strasbourg, dans le 10e arrondissement de Paris, depuis 6 mois à quatre ans selon les cas, 4 travailleuses chinoises et 1 travailleur chinois travaillent sans papiers pour un patron qui ne les paye plus depuis deux mois.

Un salon de coiffure au 50 boulevard de Strasbourg, dans le 10e arrondissement de Paris, depuis 6 mois à quatre ans selon les cas, 4 travailleuses chinoises et 1 travailleur chinois travaillent sans papiers pour un patron qui ne les paye plus depuis deux mois.

Alors, il y a une dizaine de jours, ils décident de se mettre en grève pour leurs salaires, pour être déclarés par le patron et pour leur régularisation. Pour ce faire, ils sont aidés par l’union département et l’union locale CGT.

Le patron a disparu, alors le salon est occupé jour et nuit par les grévistes et le 13 février il a réouvert, les salariés continuent à offrir leurs prestations aux clients, mais empochent la recette pour leur propre compte.

En savoir plus

sur le site de l’union locale CGT Paris 10e

sur le site de l’association pour l’autogestion