Réunion à Paris de structures autogérées

Le 20 avril se tiendra une réunion de structures autogérées de l’Ile de France dans les locaux de la Péniche au 146 rue de Bagnolet, 75020 Paris.

Le 20 avril se tiendra une réunion de structures autogérées de l’Ile de France dans les locaux de la Péniche au 146 rue de Bagnolet, 75020 Paris.

Au programme à partir de 19 h 30

 faire connaissance autour d’un repas buffet (n’hésitez pas à apporter des éléments, mais nous assurerons la base liquide et solide)

 lancer ensuite une réflexion, dans la suite de ce qui avait été plus ou moins évoqué lors de la dernière rencontre au Lycée autogéré, sur des critères permettant de repérer un projet à tendance autogestionnaire et à l’intérieur de ce projet de repérer les blocages
et de réfléchir à la manière de les dépasser.

 Nous pourrons aussi réfléchir à la manière d’investir le site www.autogestion.coop

Les Echos s’intérèssent à l’autogestion ?

Dans sa version magazine, Enjeux, Les Echos consacrent un article aux pratiques autogérées dans l’entreprise : « Des entreprises où le pouvoir est l’affaire de tous ».
A partir d’interviews de quelques structures autogérées (La Montagne Vivra, La Contemporaine, La Péniche…), l’article brosse un tableau honnête de ces structures capables d’associer concrètement activité économique et idéal égalitaire.

Dans sa version magazine, Enjeux, Les Echos consacrent un article aux pratiques autogérées dans l’entreprise : « Des entreprises où le pouvoir est l’affaire de tous ».
A partir d’interviews de quelques structures autogérées (La Montagne Vivra, La Contemporaine, La Péniche…), l’article brosse un tableau honnête de ces structures capables d’associer concrètement activité économique et idéal égalitaire.

Cette surprenante incursion dans les pratiques alternatives pour le journal libéral se conclut tout de même par une tentative de détournement : l’autogestion serait une forme pionnière du management de demain…

Au-delà de la tentative de récup’ et des autres articles de ce dossier consacré au poncif de la crise de l’autorité, un article à découvrir.

« De l’autogestion à l’altermondialisation », une réunion de l’ADELS, Compte-rendu

L’Adels (Association pour la démocratie et l’éducation locale et sociale) organisait le 26 janvier 2006 une soirée intitulée « De l’autogestion à l’altermondialisation ». Probablement un titre en référence à sa réunion de décembre 2004 dernier sur le même sujet. Le problème c’est que ce n’était en rien une prolongation. Le livre ne portait pas sur cette question et l’organisation de la réunion ne correspondait pas au thème.

L’Adels (Association pour la démocratie et l’éducation locale et sociale) organisait le 26 janvier 2006 une soirée intitulée « De l’autogestion à l’altermondialisation ». Probablement un titre en référence à sa réunion de décembre 2004 dernier sur le même sujet. Le problème c’est que ce n’était en rien une prolongation. Le livre ne portait pas sur cette question et l’organisation de la réunion ne correspondait pas au thème.

Quoi qu’on ait pensé de la réunion de l’an dernier, au moins son déroulement même correspondait au thème : pas de tribune, des participants en cercle, pas d’exposé /ex cathedra/, une prise de parole générale, etc.

Cette fois-ci : tribune, long exposé de l’auteur, « discussion » par un « responsable », et enfin questions de la salle. De plus, outre les inévitables évocations nostalgiques, il était clair qu’il s’agissait avant tout de démocratie participative locale. Ce qui est tout à fait intéressant et important, mais il fallait alors titrer la réunion ainsi.

Bref d’autogestion il n’en fut pas question.

Ouverture d’un local autogéré à Grenoble

Depuis le 5 octobre au 7, rue Pierre Dupont (quartier
aigle/saint bruno, proche jean jaurès et boulevard joseph vallier). Le local autogéré fonctionne sur une base collective, sans subvention,sans chef, sans profit.

Depuis le 5 octobre au 7, rue Pierre Dupont (quartier
aigle/saint bruno, proche jean jaurès et boulevard joseph vallier). Le local autogéré fonctionne sur une base collective, sans subvention,sans chef, sans profit.

Il souhaite être un lieu de rencontre pour tenter de construire un monde où toute personne peut choisir librement son habitat, sa bouffe, ses modes de déplacement, sa culture, son rapport avec ses voisin-e-s, ses ami-e-s, sa famille, avec l’inconnu-e-s en bas de chez lui…

il y a des permanences :

 du mercredi au vendredi de 16h a 18h30

 le samedi de 14h a 19h

Passez les voir pour boire un café, discuter autour d’un disque, regarder des photos, vous connecter à internet, lire un bouquin, etc…

Contact : lokal_autogere@no-log.org ou bien au 08.72.10.07.38.

Sortie de The Take en DVD

A la suite de la crise économique argentine de 2001, trente ouvriers au chômage dans la banlieue de Buenos Aires occupent leur usine abandonnée par les patrons et refusent de la quitter.

A la suite de la crise économique argentine de 2001, trente ouvriers au chômage dans la banlieue de Buenos Aires occupent leur usine abandonnée par les patrons et refusent de la quitter.

Ils demandent le droit de faire repartir les machines, de reprendre le travail.

Un film de Avi Lewis et Naomi Klein sur une éxpérience autogestionnaire en argentine.